Santé et bien être en France : études et statistiques

Santé et bien être en France : Les nouveaux comportements des français

Au cours des dernières années, les comportements ont changé en ce qui concerne la médecine traditionnelle et la médecine dite douce, qui comprend la phytothérapie, c’est à dire la médecine par les plantes mais également les compléments alimentaires dits “naturels” dont les bienfaits ne sont plus à démontrer au travers de nombreuses études scientifiques réalisées au cours des 20 dernières années. Découvrez comment les comportements des populations ont évolué à ce sujet au cours de ces dernières années, entrainant des changements au sein des pharmacies, mais également chez les médecins, les laboratoires et les enseignes, des plus réduites jusqu’à la grande distribution.

Médicaments et médecine naturelle : comment le comportement des français a évolué ces dernières années

Les compléments alimentaires naturels et la médecine douce ont décidément le vent en poupe ! Les français sont de plus à recourir à des traitements naturels et à une médecine dite “alternative”. Selon les derniers chiffres en date, ils plébiscitent davantage la santé et le bien-être au naturel et ont revue leur consommation de médicaments en vente libre à la baisse.

D’après une étude réalisée par Safe Med pour Les Echos, 59% des pharmaciens de France métropolitaine indiquent avoir observé “une baisse de la vente des médicaments conventionnels au bénéfice de traitements naturels au cours des 3 dernières années.”

Des résultats qui confirment notre étude réalisée en juin 2020 au sujet de la consommation de compléments alimentaires, de la sensibilité des français vis à vis des produits bio et de leur approche vis à vis de la médecine conventionnelle et de la médecine douce.

État et statistiques du marché français de la santé

Des pharmacies de plus en plus tournées vers la médecine douce et naturelle

Pour répondre à une demande et un intérêts grandissants de la part des consommateurs et face à une baisse des ventes de médicaments OTC (sans ordonnance), les officines ont revu leurs points de vente, que ce soit au niveau de l’organisation de leurs rayons en consacrant une plus grande part de leurs points de ventes aux produits naturels afin de proposer une offre plus large à leurs clients, toujours à l’affut de ceux qui les aideront par exemple à booster leur immunité ou à améliorer leur bien être. Compléments multivitaminés, oméga 3 et autres gélules à base de plantes pour renforcer les défenses… La dernière crise sanitaire a amplifié ce mouvement profitant d’incertitudes et de débats à n’en plus finir au sujet de certaines médicaments (chloroquine, etc) et scandales sanitaires (Mediator, Dépakine, etc).

Selon une autre étude réalisée par OpenHealth Company réalisée pour AFIPA, désormais 3 produits sur 10 vendus en pharmacie se revendiquent comme “naturels” ou bien “d’origine naturelle”.

Les promesses thérapeutiques et les vertus annoncées par les marques de compléments alimentaires qui doivent préalablement être validées par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) permettent de renforcer ce mouvement de bascule, en quasi substitution à l’automédication conventionnelle.

L’industrie pharmaceutique obligée de revoir sa stratégie et son offre

La dynamique de ce marché du “naturel” oblige les laboratoires pharmaceutiques à revoir leurs offres et à développer de nouveaux produits en adéquation avec l’évolution du marché. Ainsi, Sanofi, mais également Pierre Fabre ou bien encore Ipsen, des laboratoires historiquement spécialisés dans les médicaments dit conventionnels ont pris un tournant ces dernières années afin de proposer à leurs clientes des sirops à base d’ingrédients naturels, des probiotiques et d’autres compléments alimentaires à base de plantes.

Les spécialistes de la phytothérapie et de la médecine douce comme Natura Force, Forte Pharma ou Arkopharma ne sont pas en reste en élargissant leurs gammes afin de répondre à un plus grand nombre de besoins (minceur, beauté, immunité, énergie, etc) ou en tentant de se positionner comme des hyper-spécialistes des thérapies naturelles et alternatives.

De l’apparition de nouvelles enseignes spécialisées à l’adaptation de la grande distribution

Outre le changement de caps de certaines officines, de nouveaux concepts de magasins et de pharmacies 100% naturelles ont vu le jour à l’instar par exemple d’Anton & Willem ou de Pharm O’naturel, des lieux ou la naturalité prend tous son sens.

Ce phénomène est plus que jamais confirmé par le fait qu’au sein des grandes surfaces sont apparues des espaces dédiés aux produits naturels pour répondre à cette demande grandissante. Ainsi, la grande distribution a investit massivement au cours de ces dernières années dans le secteur de la santé et des parapharmacies en ligne.

Les  magasins bio, les sites e-commerce et notamment les marketplaces sont autant d’autres espaces où la concurrence fait rage pour conquérir et fidéliser une clientèle à la fois exigeante, mais aussi très informée et à la recherche de produits toujours plus naturels et certifiés biologiques, tandis que le bio est devenu non plus une option mais un impératif et une exigence de la part des clients, obligeant n’importe quel point de vente, du plus petit au plus grand, à disposer d’un rayon dédié.