Probiotiques et UFC : tout comprendre

Le sigle « UFC » désigne ici les Unités Formant Colonie. Et depuis quelques années, cet élément est devenu l’une des références les plus regardées sur les étiquettes des probiotiques vendus dans le commerce. En la matière, on trouve de tout : 5 milliards, 20 milliards, 50 milliards, 100 milliards, 450 milliards d’UFC. Mais ces chiffres ont-ils une réelle importance ? Qu’est-ce qui justifie cet intérêt pour le nombre ? Réponse.

Qu’est-ce que les UFC ?

Les Unités Formant Colonie ou UFC font référence aux bactéries saines que l’on trouve dans les probiotiques. Ces bactéries dont on cherche à tirer profit lorsque l’on suit une cure. Pour vendre toujours plus et attirer le consommateur, les fabricants mettent en avant les qualités de leurs produits. Et pour cela, ils soulignent notamment le nombre d’UFC présents dans leur produit. C’est un outil marketing de taille, ce qui explique pourquoi ils semblent tous lancés dans une course folle à celui qui proposera le plus d’UFC dans leurs probiotiques. Mais comme nous allons le voir, le nombre ne fait pas tout ! En particulier parce qu’il est difficile à vérifier dans de nombreux cas.

Que dit la science à propos des UFC dans les probiotiques ?

Plusieurs études scientifiques ont été menées afin de déterminer s’il existe ou non un lien entre la quantité des UFC et leur efficacité, en tenant compte aussi d’un autre critère : la présence d’une souche ou un mix de plusieurs souches de probiotiques. Ces études ont été comparées par Arthur Ouwehand qui s’est chargé de nous en faire une synthèse dont la conclusion est claire : la science n’a pas démontré qu’un grand nombre d’UFC était plus efficace (1).

En d’autres termes, ce n’est pas parce qu’un produit contient plus d’UFC qu’il est forcément plus efficace qu’un autre qui en contient moins. On peut aussi interpréter ces résultats d’une façon : une source efficace avec 50 milliards d’UFC ne sera nécessairement plus efficace si elle est portée à 100 milliards d’UFC.

UFC dans les probiotiques

D’après les études menées jusqu’ici, on peut affirmer que :

  • Les probiotiques (lactobacilles) deviennent efficaces à partir d’un milliard d’UFC sur des pathologies digestives précises dans le cas des souches uniques.
  • Certaines souches seraient efficaces à partir de seulement 100 millions d’UFC, bien qu’il soit mentionné que leur efficacité apparaît à partir d’un milliard (2) (3).

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que la plupart des souches uniques de probiotiques sont efficaces à moins de 10 milliards d’UFC. Mais aussi que leur efficacité n’augmente pas nécessairement à mesure que leur nombre augmente. Alors, pourquoi proposer toujours plus d’UFC dans les produits ?

La course au plus grand nombre d’UFC

Lorsqu’il s’agit d’une source unique de probiotiques, un faible nombre d’UFC peut s’avérer très efficace lorsqu’elle correspond au microbiote du patient et qu’elle est sélectionnée pour une pathologie ciblée (4).

Cependant, il est rare que ces conditions soient réunies dès la première cure. En d’autres termes, il est difficile de sélectionner une souche qui soit à la fois efficace contre une pathologie donnée et qui correspond parfaitement au patient à traiter. Et pour se donner des chances d’efficacité supplémentaire, il est courant d’associer plusieurs sources de probiotiques dans un même produit. L’idée est claire : multiplier les souches permet de démultiplier les chances d’obtenir des résultats satisfaisants rapidement. Et ainsi, obtenir un produit qui correspond à un plus grand nombre de consommateurs.

Si l’efficacité de cette approche n’a jamais été confirmée par les études scientifiques (5), elle est devenue une norme sur le marché. Pour beaucoup de consommateurs, un grand nombre d’UFC est synonyme d’une association plus large de souches de probiotiques. Les produits multisouches sont aujourd’hui plus répandus que les probiotiques monosouches.

Réglementation et faits à connaître

En France, la réglementation contraint les fabricants à indiquer sur le produit le nombre d’UFC contenu dans une dose journalière. Si un produit contient 10 milliards d’UFC par gélule et qu’il faut en prendre deux par jour, le fabricant doit indiquer que son produit en délivre 20 milliards par jour.

Tricherie de certains fabricants

Tous les fabricants ne respectent pas les règles du jeu. On trouve un (trop) grand nombre de produits aux informations volontairement erronées, que les fabricants choisissent de manipuler pour mieux vendre leurs produits, au détriment de la transparence vis-à-vis des consommateurs. Et les techniques peu scrupuleuses ne manquent pas !

probiotiques et UFC

  • Certaines marques vont jusqu’à augmenter le nombre d’UFC de leurs produits de façon artificielle et trompent ainsi les consommateurs. Pour cela, elles indiquent le nombre d’UFC par gramme de matière, et non pas par gélule ou par dose journalière. Les consommateurs pensent alors acheter un produit plus efficace, plus chargé en probiotiques, mais ce n’est pas le cas. Et ce n’est pas les seules astuces que les fabricants peu scrupuleux ont trouvées pour tenter de mettre en valeur leur produit.
  • En effet, d’autres fabricants mettent en valeur le fait que leur produit est multisouche, alors qu’une seule bactérie compose la quasi-totalité du produit. Et comme nous l’avons vu précédemment, aucunement besoin de dépasser 10 milliards d’UFC lorsqu’il s’agit d’un produit monosouche !
  • Tous les produits du marché ne proposent pas les mêmes formules ni les mêmes compositions. En règle générale, les bifidobactéries sont plus chères que les lactobacilles. Par conséquent, on les retrouve en plus faibles quantités dans les probiotiques multisouches. Mais elles sont souvent surreprésentées sur les emballages, alors qu’elles ne représentent qu’une petite partie du produit final. Il s’agit généralement de Streptococcus thermophilus et de Lactobacillus acidophilus.
  • Dernière supercherie : des marques prennent soin de ne pas renseigner la quantité d’UFC par souche. Pour le consommateur, il est impossible de savoir quelle part du produit représente chaque bactérie. Difficile d’évaluer la qualité des probiotiques quand on ne peut pas les quantifier.

Notre avis sur les UFC dans les probiotiques

Pour ce qui concerne les UFC dans les probiotiques, nous prônons la transparence et l’honnêteté. Tromper le consommateur est une pratique que nous ne cautionnons pas et nous vous recommandons la plus grande prudence lorsque vous achetez ces produits. Le nombre certifié est certainement plus important que le nombre affiché, c’est pourquoi il est préférable de se tourner vers une marque fiable qui fait contrôler ses produits dans des laboratoires français. Nos probiotiques sont eux aussi transparents et nous certifions leur composition.