Iode : Sources, bienfaits et contre indications

Oligo-élément indispensable au bon fonctionnement du corps humain, l’iode participe à de nombreuses fonctions de notre organisme. Mais où peut-on la trouver ? Quels sont ses bienfaits sur la santé ? Peut-on la consommer sans risque ? Réponses.

Iode : besoins, sources et rôles

L’iode appartient aux oligo-éléments essentiels à notre organisme, en raison de ses nombreuses influences sur nos fonctions corporelles. Il participe notamment à la synthèse des hormones T3 et T4 (hormones thyroïdiennes). C’est grâce à cet oligo-élément que ces hormones peuvent remplir leurs missions indispensables à notre survie.

Notre organisme n’est pas capable de le synthétiser ni de le stocker. Il nous appartient d’en consommer chaque jour une quantité suffisante, sans en abuser, pour rester en bonne santé. Une alimentation équilibrée suffit le plus souvent à combler ces besoins.

À quoi sert cet oligo-élément ?

L’iode joue un rôle primordial dans la synthèse des hormones thyroïdiennes. Ces dernières interviennent dans le processus de croissance, mais aussi de maturation des cellules. Les hormones thyroïdiennes régissent également les dépenses énergétiques, les variations de la température corporelle ainsi que la synthèse des protéines.

Durant la grossesse, cet oligo-élément permet le développement cérébral normal du fœtus. Chez les enfants, un manque peut, par exemple, entraîner des retards, comme des retards d’ordre mental. L’iode est vital à tous les stades de la vie : c’est pourquoi nous devons nous assurer des apports journaliers suffisants à travers notre alimentation.

Iode sources bienfaits Natura Force

Les principales sources alimentaires

Cet oligo-élément se trouve essentiellement dans le sel marin iodé, mais ce n’est pas un produit dont il faut abuser ! La surconsommation de sel peut avoir des effets néfastes pour la santé, d’où l’importance de le puiser dans d’autres aliments. Les produits de la mer en sont riches, comme les poissons, les fruits de mer, les algues, les crustacés ou encore, l’huile de foie de morue. On en trouve également dans les œufs, le fromage, le lait, ainsi que dans certains fruits et légumes. Pour ces derniers, leur teneur va dépendre de la richesse du sol dans lequel ils se développent.

Nos besoins quotidiens

D’après l’ANSES, nos besoins journaliers en cet oligo-élément sont les suivants :

Catégorie/âge de la population µg par jour
Enfants de 1 à 3 ans 80
Enfants de 4 à 6 ans 90
Enfants de 7 à 9 ans 120
Après 10 ans 150
Femmes enceintes et/ou allaitantes 150 à 250

La valeur limite de sécurité pour cet oligo-élément est de 600 µg par jour pour un adulte. Il ne faut pas confondre nos besoins journaliers avec la LSS : limite supérieure de sécurité. Il s’agit de la dose maximale que le corps peut absorber sans ressentir d’effets indésirables. Cette valeur varie aussi en fonction de l’âge et de la personne.

Dans les compléments alimentaires soumis à la réglementation française, la dose journalière maximale est de 150 µg. Il faut également préciser que les besoins en iode d’une personne peuvent varier en fonction du sexe, de l’âge, et des situations physiologiques rencontrées (comme la grossesse et l’allaitement, par exemple). Un avis médical est indispensable.

Les bienfaits de l’iode

Quels sont les propriétés et bienfaits de cet oligo-élément ?

Traiter la carence

Le déficit ou la carence en iode représentent de véritables enjeux de santé publique. Et ce, même si l’iodation du sel de table a permis d’améliorer les apports quotidiens d’une grande part de la population (1). D’après les chiffres de l’étude Individuelle Nationale des Consommations Alimentaires (INCA), ce sont près de 43 % des Françaises qui n'en consomment pas suffisamment. La carence est la cause la plus courante des dérèglements thyroïdiens. C’est pourquoi la supplémentation est souvent employée pour contrer les déficits et les manques d’iode. De ce fait, on peut aussi souligner l’importance de bons apports nutritionnels dans le soutien de la fonction thyroïdienne globale.

Désinfection des plaies, muqueuses et de la peau

L’iode est un antiseptique très efficace, c’est la science qui le dit ! Son utilisation présente même l’avantage de ne provoquer aucun effet secondaire, contrairement à la plupart des substances désinfectantes. Et elle n’interfère en rien avec la cicatrisation des plaies ! (2) Il est courant de trouver cet oligo-élément dans la composition d’antiseptiques pour les muqueuses ou la peau, comme le povidone iodé, l’iodure de potassium ou le diiode.

Iode sources bienfaits Natura Force

 

Grossesse et lactation

L’iode est un oligo-élément souvent prescrit en supplémentation aux femmes enceintes et allaitantes. Leurs besoins journaliers sont supérieurs aux besoins des adultes, c’est pourquoi l’alimentation ne suffit souvent pas à les combler. Les apports de la femme enceinte en cet oligo-élément vont soutenir le développement du fœtus. Ceux de la femme allaitante soutiennent sa lactation ! L’Organisation mondiale de la santé recommande des apports quotidiens de 250 µg aux femmes enceintes et allaitantes par le biais d’aliments qui en contiennent, de sel iodé et de compléments alimentaires (3). Attention toutefois à ne pas dépasser la LISS de 600 µg : les doses des différents compléments alimentaires consommés pendant la grossesse et l’allaitement doivent être comparées et additionnées.

Traiter les fibrokystiques du sein

La maladie fibrokystique du sein est une affection courante et non cancéreuse qui se manifeste par l’apparition d’une ou de plusieurs masses dans la poitrine. Les femmes qui en souffrent ressentent des douleurs et d’importants inconforts. L’utilisation d’iode semble réduire et même faire disparaître ces masses, d’après les essais cliniques menés (4). Néanmoins, d’autres traitements existent et constituent de meilleures options d’après les spécialistes.

Traiter l’encombrement bronchique

L’iode est un excellent expectorant ! Il facilite l’évacuation des sécrétions bronchiques. Néanmoins, ce n’est pas la solution préférée par les médecins dans ce cas de figure. D’autres molécules sont préférées pour traiter l’encombrement bronchique.

Prévenir la radioactivité avec l'iod

Notre organisme peut se trouver exposé à de l’iode radioactif dans deux cas de figure. Le premier est un traitement oncologique, le second est un accident chimique ou nucléaire. Le saviez-vous ? En France, les personnes qui vivent à proximité des sites nucléaires se voient distribuer des médicaments à base d’iodure de potassium ! L’administration de cet oligo-élément en cas d’incident de cette nature permet de protéger la thyroïde de l’iode radioactif et limiter les impacts sur la santé des populations se situant à proximité du site.

Consommation d'iode : les informations utiles

Vous pensez manquer de cet oligo-élément ? Le plus important est de s’assurer de la nécessité de suivre une cure avec un avis médical. En attendant, voici quelques informations utiles à connaître.

Quels risques d’un déficit ?

Un manque d’iode peut engendrer des troubles thyroïdiens. La carence est un véritable problème à tout âge, d’après l’Organisation mondiale de la santé. Mais elle est particulièrement dangereuse chez les jeunes enfants et les fœtus. Le développement cérébral et l’évolution des fonctions intellectuelles dépendent en partie de ces apports nutritionnels.

 

Attention à l’excès

La prise de médicaments ou de compléments alimentaires peut entraîner un excès de cet oligo-élément, notamment en cas de mauvaise utilisation. À très fortes doses, l’iode peut provoquer de la nervosité, des troubles de l’endormissement, ainsi qu’un dysfonctionnement de la thyroïde (hypothyroïdie ou hyperthyroïdie) ainsi que des effets néfastes sur les reins et le cœur. Il est important de s’assurer de la nécessité de suivre une cure et de demander conseil aux professionnels de santé avant de la commencer.

Iode sources bienfaits Natura Force

Contre-indications et effets secondaires

L’iode peut interagir avec certains traitements médicamenteux, notamment les traitements anticoagulants. Quel que soit le traitement suivi, un avis médical est nécessaire avant de prendre des compléments alimentaires qui en contiennent.

En ce qui concerne les effets indésirables, ils sont rares. L’organisme tolère bien l’iode. En général, c’est le surdosage qui provoque l’apparition d’effets secondaires. Des apports trop importants sur le long terme peuvent provoquer l’iodisme, avec l’apparition d’une rhinite, de céphalées et d’irritations de la gorge pouvant déboucher sur une gêne au niveau respiratoire. Certaines personnes peuvent également développer une hypersensibilité à cet oligo-élément. Cela entraîne l’apparition d’autres symptômes comme des éruptions cutanées, une hyperthermie, des saignements sous-cutanés… Bien entendu, l’ensemble de ces situations nécessitent une consultation médicale rapide.

Iode : ce qu’il faut retenir

Notre corps ne peut ni synthétiser ni stocker cet oligo-élément qui nous est pourtant indispensable ! Il nous appartient d’en consommer chaque jour suffisamment à travers une alimentation saine, équilibrée et diversifiée. Les femmes enceintes et allaitantes doivent discuter de leur supplémentation avec les professionnels de santé qui les suivent afin de s’assurer des apports suffisants et indispensables au bon développement du bébé et à son alimentation. Attention toutefois au surdosage, qui représente également un risque pour la santé, au même titre que la carence.