Tout savoir sur les compléments alimentaires à base d’huile d’algue

Très prisées en Asie, les algues marines y sont depuis longtemps consommées pour leurs bienfaits sur la santé. Elles gagnent peu à peu du terrain en Occident, où elles intègrent de plus en plus de plats et d’habitudes alimentaires, notamment à travers la spiruline ou la chlorelle, qui en sont d’excellentes ambassadrices. Voici tout ce qu’il faut savoir à leur sujet.

Qu’est-ce que l’huile d’algue ?

L’huile d’algue est une huile extraite de la Schizochytrium sp., une microalgue composée d’algues unicellulaires de taille microscopique. Ce type d’algue se nourrit de substances végétales et organiques, à l’image des feuilles mortes des mangroves des côtes tropicales dont la Schizochytrium sp. est issue.

Les microalgues se trouvent à la base de la chaîne alimentaire sous-marine. Elles sont réputées pour leurs teneurs élevées en acides gras essentiels oméga-3 et oméga-6. L’huile d’algue Schizochytrium sp. se distingue par une composition particulièrement riche en DHA et EPA, qui sont reconnus pour leurs bienfaits sur la santé.

Des algues cultivées et non récoltées

Ce qui la différencie de la chlorelle et de la spiruline, c’est sa capacité à synthétiser des acides gras oméga-3 DHA et EPA en grandes quantités. Et il ne faut pas non plus la confondre avec les macro-algues que l’on récolte en mer (et souvent gorgées d’iode et de substances nocives) pour les consommer avec, par exemple, des spécialités culinaires japonaises. La microalgue Schizochytrium sp. est issue d’une culture durable, avec une absence quasi totale de substances nocives, au sein de réservoirs fermés ou de lieux préservés. Les bassins de culture de cette microalgue se composent d’eau de mer synthétisée.

Schizochytrium sp.

Une composition proche de celle de l’huile de poisson

La microalgue dont il est question ici est idéalement adaptée à la transformation en huile. Et cette huile est très riche en acides gras oméga-3. Le processus de culture et de transformation ne nécessite pas d’intermédiaire (le poisson étant l’intermédiaire courant permettant la création des oméga-3).

Nutritionnellement parlant, l’huile d’algue est très proche de l’huile de poisson. Les effets de ces deux types d’huiles marines sur notre corps seraient très similaires, d’après les plus récentes études en la matière (1). Sa concentration en oméga-3 EPA et DHA est considérablement élevée et son rapport entre oméga-3 et oméga-6 penche très largement en faveur des oméga-3 !

L’huile d’algue est donc une alternative durable et végétalienne, adaptée aux exigences de consommation des personnes végétaliennes, véganes ou végétariennes.

Les bienfaits de l’huile d’algue

Globalement, l’huile d’algue possède les mêmes bienfaits que les oméga-3 et l’huile de poisson. Vous pourrez découvrir toute l’étendue de ces propriétés sur nos pages dédiées aux acides gras oméga-3 et à l’huile de poisson en supplément. Mais il est tout de même intéressant de faire le point sur les points forts de l’huile d’algues et sur ce qui la rend unique.

Une forte concentration en EPA et DHA

L’huile issue de l’algue Schizochytrium sp. est riche en EPA et DHA, qui sont bénéfiques dans la prévention des maladies cardiovasculaires, et bon nombre d’autres pathologies.

Les EPA (acide docosahexaénoïque) agissent essentiellement en prévention des maladies cardiovasculaires. Quant au DHA (acide alpha linolénique), il constitue un aliment essentiel pour notre cerveau. Ce dernier en contient entre 15 et 20 % ! À l’âge adulte, notre cerveau contient au moins 20 grammes de DHA, ce qui est considérable.

Naturellement, le DHA intervient dans son fonctionnement et même dans son développement, notamment dans le développement de la mémoire. On sait également que le DHA est présent dans la rétine de l’œil, jouant ainsi un rôle clé dans le maintien de la vision et notre santé oculaire en règle générale.

Un manque d’EPA ou de DHA peut avoir de lourdes conséquences pour la santé, d’où l’intérêt de s’assurer des apports alimentaires suffisants, ou d’avoir recours à la supplémentation (2).

Schizochytrium sp.

Une source primaire d’oméga-3 plus facile à digérer

L’huile d’algues marines est ce que l’on appelle une « source primaire » d’acides gras oméga-3. Le consommateur tire ses acides gras directement des algues. L’huile de poisson est une source secondaire d’oméga-3, parce que les poissons sont des intermédiaires : ils tirent leurs oméga-3 des algues, et nous, de leur chair. Aller puiser les oméga-3 à la source de cette façon ne peut les rendre que plus puissants et plus concentrés.

Un autre point fort de l’huile d’algues est sa haute digestibilité. Les algues sont plus biodisponibles que les algues de poisson, notamment si celles-ci sont raffinées. Pour cette raison, le choix de l’huile reste décisif. L’huile d’algue possède son propre goût et le corps en tire davantage d’oméga-3. C’est une solution idéale pour les personnes qui ont du mal à digérer l’huile de poisson.

Une huile anti-inflammatoire très puissante

Ce n’est pas un secret : les acides gras polyinsaturés (oméga-3) sont de puissants anti-inflammatoires naturels. Ce n’est donc pas une surprise : l’huile d’algue est excellente pour combattre les inflammations ! Sa grande teneur en acides gras polyinsaturés oméga-3 lui confèrent des effets anti-inflammatoires qui se montrent très utiles face aux inflammations chroniques. Une telle huile permet de prévenir et de soulager les douleurs liées à l’arthrite, mais également en cas d’obésité ou de stress. Toutes formes d’inflammations peuvent être traitées à l’aide d’un apport supplémentaire en oméga-3.

Un produit durable et sans pollution

Nul n’est sans savoir que les ressources naturelles de nos océans sont en danger en raison de la surpêche. Elles sont aussi menacées par la pollution de l’eau, les métaux lourds, les microplastiques et de nombreux autres contaminants. L’huile d’algue n’engendre pas de surpêche, et ne participe pas à la destruction des habitats sous-marins. Elle est également, de par son processus de culture, beaucoup moins exposée aux polluants présents dans les océans.

Si vous choisissez de consommer de l’huile de poisson, il est indispensable de choisir un produit engagé en faveur d’une pêche durable et respectueuse des ressources. Choisissez un produit transparent sur sa composition, auprès d’un vendeur de confiance qui soumet ses produits aux tests en laboratoire les plus exigeants (3).

Consommation d’huile d’algue

Vous souhaitez apporter à votre corps une dose supplémentaire d’oméga-3 avec de l’huile d’algue : voici nos conseils !

Tout savoir sur les compléments alimentaires à base d’huile d’algue

Comment choisir une bonne huile d’algue ?

Comme pour la plupart des compléments alimentaires, il est indispensable de bien choisir les produits que vous consommez. Il est important de vous rapprocher d’un vendeur ou d’un fabricant en qui vous avez confiance pour trouver une huile hautement qualitative et saine. Quelques critères de choix sont à respecter :

  • La concentration en oméga-3 : une dose journalière de 2 grammes, avec un rapport idéal de DHA (2:1) EPA.
  • La forme biologique des oméga-3 : elle doit être sous forme naturelle de triglycérides.
  • La qualité de l’huile et son indice TOTOX : la valeur d’oxydation de l’huile (et donc son degré de fraîcheur) se mesure à l’aide de l’indice TOTOX, qui doit être le plus bas possible.
  • L’absence de pollution et substances nocives : les produits commercialisés en France doivent toujours se soumettre à une batterie de tests (attention aux achats sur internet) comme une analyse des polluants.
  • La provenance des algues : il faut toujours privilégier des cultures durables et respectueuses de l’environnement, afin de protéger les écosystèmes. Les cultures de synthèses sont pour cela préférables, car elles n’altèrent pas les ressources alimentaires des espèces sous-marines.
  • Les méthodes de transformation : il faut absolument bannir les méthodes d’extraction chimique qui nuisent à la qualité des produits et peuvent même les rendre dangereux.

Effets secondaires et contre-indications

La prise d’huile d’algue n’entraîne généralement aucun effet indésirable. De très rares cas de sensation de ballonnement et d’éructations ont été observés, mais cela reste des effets très légers.

Comme nous allons l’expliquer dans le point suivant, certaines personnes se voient déconseiller la consommation de produits à base d’algue. Il s’agit des femmes enceintes et allaitantes ainsi que toutes les personnes qui souffrent d’une maladie cardiaque, une insuffisance rénale, un dysfonctionnement de la thyroïde ou qui suivent un traitement médical à pas de lithium ou d’iode. Dans tous les cas, un avis médical est nécessaire avant de débuter une cure de compléments alimentaires.

Huile d’algue : dangers et pièges

Les consommateurs ont déjà été trompés à de multiples reprises par des fabricants de compléments alimentaires peu scrupuleux. L’expansion de la consommation d’algues sous toutes leurs formes en France et en Occident soulève évidemment des questions et des dangers.

Beaucoup de produits actuellement en vente sur le marché sont de très mauvaise qualité. Leurs fabricants tentent de tromper les consommateurs en utilisant un étiquetage trompeur. Et ils ne sont jamais à court de stratégies malveillantes. Certains produits à base d’algue sont par exemple beaucoup trop concentrés en iode. Or, un apport trop important en iode peut influer sur le fonctionnement de la thyroïde, ce qui n’est pas sans danger !

Pour cette raison, il existe des contre-indications à la supplémentation sans avis médical. De même, il est indispensable de bien choisir les compléments alimentaires que vous consommez. Ne vous fiez pas seulement aux titres accrocheurs : prenez le temps de comparer les compositions, les concentrations, la provenance et les méthodes de transformation des produits avant de les acheter. Rapprochez-vous des spécialistes et n’achetez vos produits qu’aux vendeurs et fabricants en qui vous avez pleinement confiance.

Les compléments alimentaires à base d’huile d’algue : conclusion

L’huile d’algue peut être un complément alimentaire très fiable et prodiguer des bienfaits remarquables sur la santé cardiovasculaire (entre autres choses !). C’est une alternative de choix pour toutes les personnes qui souhaitent augmenter leurs apports en oméga-3 sans l’intermédiaire des poissons. Mais attention : les consommateurs ne sont jamais à l’abri des tentatives de tromperie de fabricants peu scrupuleux. Restez sur vos gardes et n’hésitez pas à vous faire conseiller par des professionnels de santé. Vous pourrez ainsi trouver le produit qui vous correspond et vous supplémenter sans danger !