Arnica Montana : propriétés, bienfaits et utilisations

Nous avons tous déjà utilisé de l’arnica, ne serait-ce qu’après une petite chute étant enfants, sous sa forme homéopathique. D’ailleurs, la plupart d’entre nous en appréciaient le goût ! Si l’arnica Montana a soulagé bien des petits bobos de chérubins, elle est aussi une plante aux multiples vertus que les adultes peuvent utiliser au quotidien ! Voici tout ce qu’il faut savoir à son sujet.

Arnica Montana : généralités

L’arnica Montana est une plante qui appartient au genre Arnica, qui regroupe une trentaine de plantes herbacées, issues de la famille des Astéracées. C’est d’ailleurs la variété la plus répandue, et la plus utilisée. Elle se développe dans les zones tempérées, dont l’Europe fait partie. C’est à sa petite fleur orangée qu’on la reconnaît parmi ses semblables.

Ses usages médicinaux remontent à la nuit des temps. Partout à travers le monde, elle a intégré les traditions médicinales de nombreux peuples, jusqu’à atteindre l’Amérique du Nord et le Mexique. Dater ses premiers usages est impossible, mais on les situe en Europe.

Cette plante est très populaire dans certains pays comme l’Allemagne, où elle est très largement représentée dans le commerce : onguents, teintures, gels, homéopathie…). On sait d’ailleurs qu’à une certaine époque, elle était utilisée par voie orale et externe, tandis qu’aujourd’hui, on ne l’utilise plus qu’en application cutanée. Son succès est tel qu’à l’heure actuelle, la culture d’arnica Montana est réglementée et très encadrée dans plusieurs pays. On ne plaisante pas avec une fleur d’une telle réputation et d’une si rare qualité.

bienfaits de l'arnica montana

La composition de l’arnica Montana

La composition de l’arnica Montana comprend des composés actifs multiples, comme les tanins, les flavonoïdes, les polyphénols et les caroténoïdes. À titre informatif, l’ensemble de ces éléments sont naturellement antioxydants. En outre, on trouve aussi des polysaccharides dans sa composition, ainsi que des acides phénoliques et quelques autres molécules actives comme les alcools triterpéniques et les coumarines. En ce qui concerne l’huile essentielle d’arnica Montana, elle contient des acides gras multiples (linoléique, palmitique, linoléique…) ainsi que des polyine.

Ce qu’il faut retenir ici, c’est la présence en quantité et en diversité d’éléments antioxydants. Ce sont ces composés actifs qui sont responsables des bienfaits de la plante sur notre organisme. Bienfaits qui intéressent les scientifiques, qui sont nombreux à tenter de mieux les identifier et comprendre.

Les bienfaits de l’arnica Montana

En parlant de bienfaits de l’arnica Montana, en voici les principaux.

Une plante utile contre les inflammations et les rhumatismes

L’utilisation de l’arnica Montana est courante chez les personnes atteintes d’arthrose et d’arthrite. Et plus globalement encore de douleurs articulaires et inflammatoires. Ici, l’arnica est la plus souvent utilisée dans des gels, lors de massages des zones douloureuses. Ses effets sont considérables puisqu’elle permet de réduire les douleurs et les rigidités (1).

L’efficacité des massages avec du gel à l’arnica Montana est similaire à celle de l’ibuprofène, un anti-inflammatoire couramment utilisé face à ces douleurs. Les études réalisées à son sujet démontrent que la plante soulage les douleurs et améliore la mobilité des personnes qui l’utilisent (2).

Des propriétés antinévralgiques et antalgiques

Justement, parlons-en : l’arnica Montana possède des propriétés antidouleur considérables. En effet, les études menées sur la plante montrent qu’elle permet de soulager les douleurs articulaires et musculaires en applications locales. Elle est d’ailleurs capable de réduire les douleurs et inflammations provoquées par les lésions musculaires (3). L’arnica agit donc comme un décontractant musculaire lorsqu’on l’applique sur les zones douloureuses. On peut même dire qu’elle agit comme un antalgique naturel, dont les effets ont été mesurés par le WOMAC (Western Ontario and McMaster Universities Osteoarthritis Index - permets d’évaluer l’arthrose des membres inférieurs). L’utilisation de cette plante permet une amélioration du score WOMAC chez les patients qui en bénéficient.

En outre, la plante possède des propriétés antinévralgiques qui s’associent à ses pouvoirs antalgiques. Ainsi, elle aide à prévenir et à réduire les douleurs situées au niveau d’un nerf sensitif.

utiliser l'arnica montana

Une plante contre les douleurs postopératoires

Les douleurs postopératoires appartiennent au champ d’action de l’arnica Montana. La plante aide à soulager les patients opérés, comme ceux qui ont subi une intervention du canal carpien par exemple. Ses propriétés antidouleur et anti-inflammatoires sont très utiles dans ce cadre. Si utiles que les études cliniques s’accordent presque toutes quant à son efficacité sur les douleurs (4). Des vertus qui doivent néanmoins encore être confirmées par d’autres études cliniques.

L’arnica Montana semble également atténuer la formation d’ecchymoses, hématomes et contusions qui font suite à la chirurgie (5). La Commission E. allemande reconnaît l’usage de l’arnica en application externe pour traiter les hématomes, contusions et œdèmes. Il en est de même pour les troubles articulaires et musculaires, les inflammations (dont celles de la gorge et de la bouche), les phlébites superficielles ainsi que les furoncles et les piqûres d’insectes.

Des effets antifongiques et antibactériens

L’arnica Montana présente de multiples vertus, notamment contre les douleurs. Mais ce ne sont pas là ses seules qualités. Cette plante possède également des propriétés antibactériennes et antifongiques, ce qui signifie qu’elle aide à éliminer les bactéries et les champignons. En outre, les polysaccharides qu’elle contient agissent sur les cultures cellulaires et le système immunitaire (6). À ce titre, l’arnica améliore les défenses naturelles de l’organisme et les aide à lutter contre les bactéries, les virus, les microbes et les champignons. C’est une immunomodulatrice très puissante.

Améliorer le tonus veineux grâce à l’arnica

La plante possède d’autres intérêts et qualité, dont l’amélioration du tonus veineux fait partie. En effet, l’arnica est efficace chez les personnes qui souffrent de varices et d’insuffisance veineuse. Une fois encore, elle s’applique en gel sur les zones concernées par ce trouble circulatoire, comme les jambes notamment. Son application permet de réduire les œdèmes et de soulager les sensations de lourdeur dans les jambes des personnes qui l’utilisent (7).

Utiliser et consommer de l’arnica Montana

Comment bien utiliser l’arnica Montana pour profiter de ses vertus naturelles ?

Tout savoir sur l'arnica montana

Contre-indications et effets secondaires

Si elle a longtemps été consommée, l’arnica est aujourd’hui uniquement réservée à un usage externe (hors homéopathie). On ne l’utilise qu’en application locale, en évitant les plaies ouvertes. Les personnes qui sont allergiques à certaines plantes (souci, marguerite, pissenlit, échinacée) ne doivent pas utiliser d’arnica Montana. Et si vous utilisez l’arnica en gargarisme ou en bain de bouche, pensez à bien recracher la solution : il faut éviter de l’avaler.

En outre, l’arnica Montana peut parfois entraîner l’apparition d’effets secondaires comme des nausées, des vomissements, une dermatite, des palpitations cardiaques et une paralysie musculaire. En cas d’apparition de l’un ou plusieurs de ces symptômes, un arrêt de l’utilisation de la plante s’impose. Et s’ils persistent, il faut consulter un professionnel de santé pour en parler.

Les associations d’arnica avec d’autres plantes sont très rares, voire inexistantes. Par mesure de prudence, ne prenez pas l’initiative de l’associer à d’autres plantes, même dotées de propriétés similaires. Si vous suivez un traitement médical, parlez-en à votre médecin. Il se peut que l’utilisation d’arnica Montana soit incompatible avec votre traitement.

Les modes d’administration possibles

  • En application locale, on peut utiliser l’arnica contre les névralgies, les œdèmes, les ecchymoses et les douleurs postopératoires et/ou post-traumatiques (8). Elle peut par exemple être intégrée à des gels pour masser les zones clés.
  • L’arnica peut être utilisée en gargarisme pour traiter les stomatites, amygdalites et inflammations de la gorge. Ici, on dilue une part de teinture dans dix parts d’eau. Attention à ne pas avaler le mélange.
  • En dilutions homéopathiques, l’arnica s’utilise pour réduire les risques hémorragiques.
  • En infusion pour compresses, l’arnica s’applique sur les zones atteintes par : les contusions, les dislocations, les piqûres d’insectes, les œdèmes, les hématomes, les furoncles, les phlébites, les varices. Attention à ne pas l’appliquer sur les plaies ouvertes. Faites infuser pendant 5 à 10 minutes dans 100 ml d’eau bouillante deux grammes de fleurs d’arnica Montana séchées. Laissez refroidir puis appliquez sur la zone. Opération à renouveler plusieurs fois par jour si nécessaire.
  • Des utilisations homéopathiques de la plante sont possibles : rapprochez-vous de votre pharmacien ou naturopathe pour trouver le traitement d’homéopathie qui vous convient.

Tout savoir sur l’arnica Montana : ce qu’il faut retenir

L’arnica Montana est une plante aussi jolie qu’efficace ! Elle n’a rien à envier aux autres plantes et fleurs, notamment en raison de sa composition anti-inflammatoire exceptionnelle. D’ailleurs, ce sont ses vertus sur l’inflammation qui l’ont rendu aussi célèbre. Toutefois, elle n’est plus recommandée par voie orale : il faudra donc prendre soin de respecter les consignes d’utilisation et en parler à votre médecin, notamment si vous suivez déjà un traitement médical.