Quels sont les symptômes de l’apnée du sommeil ?

Fatigue, ronflements, agitation, somnolence en journée… Ces symptômes doivent vous alerter : ils peuvent être des signes d’apnée du sommeil. Mais pour la reconnaître, il est important de faire le point sur l’ensemble des symptômes qui la composent et la définissent. Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce trouble du sommeil particulier.

L’apnée du sommeil : qu’est-ce que c’est ?

L’apnée du sommeil, de son nom complet « syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil » (SAHOS), est un trouble de la ventilation qui se produit durant la nuit (1). Elle se caractérise par des pauses respiratoires fréquentes et anormales. On parle d’interruptions (apnées) et/ou de réductions (hypopnées) de la respiration au cours du sommeil. En règle générale, ces pauses respiratoires durent entre dix et trente secondes, mais elles peuvent aussi être plus longues. Elles se répètent une centaine de fois au cours de la nuit, minimum cinq fois par heure.

L’apnée du sommeil est provoquée par des obstructions partielles ou complètes et répétées des conduits respiratoires situés dans l’arrière-gorge. Et tout cela se produit durant le sommeil de la personne concernée. Naturellement, un manque d’oxygène résulte de ces réductions ou interruptions de la ventilation. Dès lors, pour se protéger, le cerveau réagit et réveille la personne pour la contraindre à reprendre sa respiration. Mais il s’agit ici de micro-réveils, car ce sont des réveils de courte durée. Le plus souvent, on ne se rend pas compte que l’on souffre de ce trouble du sommeil.

Les symptômes de l’apnée du sommeil : savoir la reconnaître

Le plus souvent, les personnes atteintes d’apnée du sommeil ne s’en aperçoivent pas (2). Du moins, pas directement. Ces pauses respiratoires durant la nuit se détectent, indirectement, par la réunion de plusieurs symptômes évocateurs (3).

Les symptômes durant la journée

En journée, les personnes qui souffrent se plaignent généralement de :

  • Fatigue (asthénie) importante, dès le réveil, qui dure toute la journée ;
  • Somnolence diurne excessive que d’autres facteurs ne peuvent expliquer ;
  • Maux de tête au réveil ;
  • Endormissements fréquents, incontrôlés.
  • Irritabilité et sentiment dépressif ;
  • Troubles de la mémoire et de la concentration ;
  • Baisse de productivité (et de résultats scolaires chez les enfants) ;
  • Troubles de la libido et de l’érection chez l’homme.

symptômes apnée du sommeil

Les symptômes durant la nuit

Au cours de la nuit, les symptômes qui évoquent l’apnée du sommeil sont les suivants :

  • Pauses respiratoires fréquentes durant le sommeil (repérées par l’entourage) ;
  • Ronflements importants et récurrents (présent dans 95 % des cas) ;
  • Un sommeil agité, non réparateur, avec des indices d’agitation (les draps sont particulièrement défaits) ;
  • Respiration haletante durant le sommeil ;
  • Des réveils en sursaut ou répétés ;
  • Sensation de suffocation, d’étouffement durant la nuit ;
  • Micro-réveils à répétition ;
  • Insomnies courantes ;
  • Cauchemars sur les thèmes de la mort imminente, de l’asphyxie ou de chute ;
  • Nycturie : besoin de miction fréquent durant la nuit.

Les signes chez l’enfant

Les adultes ne sont pas les seuls concernés par l’apnée du sommeil, puisqu’elle affecte environ 2 % des enfants âgés de deux à six ans (4). En règle générale, celle-ci est causée par une hypertrophie des végétations ou à de grosses amygdales, mais elle peut parfois être associée à des malformations de la face et des maxillaires. Cela concerne aussi les adolescents et les enfants en surpoids. Les symptômes qui doivent alerter les parents sont :

  • Ronflements bruyants la nuit ;
  • Pauses respiratoires fréquentes ;
  • Sommeil perturbé ;
  • Fatigue durant la journée ou au contraire, hyperactivité ;
  • Irritabilité.

Comprendre l’apnée du sommeil

Voici quelques points d’informations clés pour mieux comprendre et reconnaître l’apnée du sommeil.

symptômes apnée du sommeil

Les facteurs qui favorisent l’apnée du sommeil

Il existe des facteurs favorisant l’apnée du sommeil, puisqu’ils gênent le bon fonctionnement des voies aériennes supérieures. Ces facteurs sont :

  • L’âge : 30 % des personnes affectées sont âgées de plus de 65 ans. L’apnée du sommeil est souvent associée au vieillissement (5).
  • La consommation de tabac, d’alcool ou de sédatifs ;
  • Des anomalies de la position et/ou de la taille du palais, de la langue, de la mâchoire ;
  • Le sexe : les hommes sont deux fois plus touchés que les femmes, bien que l’apnée du sommeil soit plus fréquente à la ménopause ;
  • Des problèmes ORL, allergiques, chirurgicaux, etc.
  • L’obésité ou le surpoids : 70 % des personnes touchées par l’apnée du sommeil sont en surpoids et le risque est encore plus important en cas d’obésité (6).

Un diagnostic en deux phases

Pour confirmer le diagnostic de l’apnée du sommeil, il faut dans un premier temps consulter un médecin. Celui-ci s’appuie sur des échelles d’appréciation (comme celle d’Epworth) et dressera un bilan des troubles ressentis par le patient. Un examen otorhinolaryngologique (ORL) est également obligatoire. Il permet de rechercher d’éventuels obstacles aux voies aériennes comme des amygdales volumineuses, une luette imposante, un bouchon nasal, une mandibule trop petite, etc. Enfin, des facteurs de risques couramment associés à l’apnée du sommeil sont aussi recherchés comme le surpoids, l’hypertension artérielle ou d’autres facteurs de risque cardiovasculaire (7).

Si le médecin suspecte une apnée du sommeil, le patient devra se soumettre à un bilan du sommeil qui se pratique généralement dans des unités du sommeil (8). Différents examens sont pratiqués, notamment sur la polygraphie ventilatoire nocturne (débit d’air entrant, électrocardiogramme, mouvements respiratoires) et parfois, une polysomnographie (enregistrement du sommeil via l’activité cérébrale, musculaire et oculaire).

Les conséquences de l’apnée du sommeil sur la vie de tous les jours

Un sommeil autant perturbé a des répercussions sur notre quotidien. Les personnes qui souffrent voient donc leurs activités quotidiennes profondément affectées. Souffrir d’apnée du sommeil induit un sommeil de mauvaise qualité, très perturbé, et associé à une somnolence diurne ainsi qu’à des ronflements (plus d'information sur le site ronflement). On sait que cela concerne aujourd’hui 4 % de la population française. Enfin, on peut souffrir de trois formes d’apnée du sommeil : légère, modérée et sévère, en fonction de l’importance du syndrome, qui se mesure au nombre d’apnée (ou hypopnée) par heure de sommeil. Un indice existe aussi pour cette mesure : l’IAH, ou l’indice d’apnées/hypopnées.

Difficultés de concentration, troubles de la mémoire, endormissements incontrôlables, troubles de l’humeur, baisse de la vigilance… Indirectement, l’apnée du sommeil peut être dangereuse et même mortelle : elle provoque des accidents de travail et de la route de façon régulière.

La prise en charge de l’apnée du sommeil est alors nécessaire pour retrouver une bonne qualité de vie et lutter contre cette fatigue persistante.

troubles du sommeil

Les complications possibles

Une apnée du sommeil non prise en charge peut avoir des répercussions sur la santé du patient. La fatigue s’intensifie, la qualité de vie baisse… Mais pas seulement. Le syndrome d’apnées-hypopnées du sommeil augmente le risque cardiovasculaire sur le court terme (fibrillation auriculaire, arythmie ventriculaire…) et sur le moyen terme (accident vasculaire cérébral, maladie coronaire, risque d’infarctus, hypertension artérielle, insuffisance cardiaque…).

Au-delà de cela, un patient non traité va perdre en vigilance chaque jour, en concentration, en confort de vie. Les troubles de l’humeur augmentent, la vie familiale ainsi que la vie sociale en sont affectées. Enfin, on associe souvent l’apnée du sommeil aux troubles du métabolisme lipidique, un surpoids, l’obésité, le diabète de type 2… La santé du patient est directement menacée.

Nos conseils pour mieux vivre avec l’apnée du sommeil

Voici quelques mesures qu’il est possible de mettre en place conjointement :

  • Supprimer les sédatifs comme les anxiolytiques (avec accord médical) ou somnifères ;
  • Éviter la consommation d’alcool et de tabac ;
  • En cas de surpoids ou d’obésité : perdre du poids et retrouver un poids de forme de façon saine et maîtrisée est nécessaire ;
  • Dormir sur le côté, en calant un oreiller dans le dos pour éviter de se retourner ;
  • Adopter de bonnes habitudes de sommeil en réduisant les sources de bruit et de lumière, et en évitant les excitants en fin de journée/au moment du coucher : activité physique, café, thé, alcool, etc.

Pour conclure

Qu’elle soit légère, modérée ou sévère, l’apnée du sommeil nécessite toujours un suivi médical et une prise en charge adaptée. Aucun conseil hygiénodiététique ne peut remplacer un suivi personnel de ce trouble du sommeil. Demandez conseil à votre médecin si vous ressentez tout ou partie des symptômes caractéristiques de SAHOS, afin d'établir un diagnostic fiable.