Compléments alimentaires pour la forme et le bien-être

Comment combattre la rétention d’eau

La rétention d’eau est un mal fréquent, notamment chez les femmes et désagréable plus que dangereux. Quand survient la rétention d’eau, vous gonflez et vous avez plus de mal à rentrer dans vos vêtements. La rétention d’eau peut subvenir pour de nombreuses raisons. C’est pour cela qu’il est encore, aujourd’hui, difficile d’en identifier rapidement les causes.

Pourtant, il existe quelques astuces simples, du quotidien pour atténuer les symptômes de la rétention d’eau. On vous explique tout dans cet article.

8 astuces pour combattre la rétention d’eau

Dans un premier temps, nous allons vous délivrer quelques astuces, qui vous aideront à lutter contre les symptômes de ce mal, généralement bénin mais inconfortable.

1 – Diminuer sa consommation de sel

Le sel alimentaire aggrave les symptômes de la rétention d’eau puisqu’il a pour action de retenir l’eau dans votre organisme. Pour réduire le sel dans son alimentation, il faut d’abord éviter tous les produits gras (qui contiennent naturellement du sel) et les produits industriels (du type plats préparés, soupes en sachet, etc…). Évitez également le fromage à pâte dure, la charcuterie et les gâteaux apéritifs.

Choisissez également quand vous salez vos plats. Soit lors de la cuisson, soit une fois le plat servi, mais pas deux fois. Si vous trouvez que ce que vous cuisinez manque de goût, vous pouvez vous tourner vers d’autres épices comme le cumin, le piment et d’autres herbes aromatiques bonnes pour la santé.

2 – La protéine, ennemie de la rétention d’eau ?

Selon de nombreux régimes (qui se veulent miracles sans l’être) promettent de vous débarrasser de la rétention d’eau grâce à une grande consommation de protéines. La question est aujourd’hui de savoir si cela est vrai.

Il est effectivement vrai, qu’une carence en protéines peut favoriser la rétention d’eau voire même un œdème. Cependant, se ruer vers un régime hyper-protéiné n’est pas la solution non plus, au contraire puisque le saumon et certains poissons, eux mêmes riches en protéines, contiennent beaucoup de sodium, autre nom du sel naturel.

Si la question des protéines vous dérange, le mieux est tout de même de consulter un médecin ou un nutritionniste.

3- Stimuler le drainage lymphatique

La lymphe, présente dans tout le corps et qui favorise l’élimination des déchets de l’organisme, aide également à lutter contre la rétention de l’eau. Or, la meilleure manière de stimuler la circulation du sang et de la lymphe dans le corps, c’est de se faire masser !

Cependant, attention, il ne faut pas faire appel à n’importe quel massage. Si, dans certains spa, on peut voir des prestations portant la mention « anti rétention d’eau », seul un kinésithérapeute agréé et ayant fait des études de médecine pourra éventuellement vous aider. Normalement, les résultats devraient être visibles après quelques séances.

À savoir : ces massages ne sont généralement pas prix en charge par l’assurance maladie et les mutuelles, sauf si ce problème de rétention fait suite à une pathologie lourde, de type cancer. Le mieux est de demander conseil à son médecin.

4 – Faire attention à vos traitements

Si vous souffrez d’hypertension artérielle ou que vous suivez un traitement neuroleptique (pour dépression notamment) ou anti-inflammatoire (composé de cortisone, rappelons-le) , il est possible que vous souffriez de rétention d’eau.

Si vous ressentez des symptômes de la rétention d’eau (gonflement de n’importe quelle partie du corps, mais généralement les jambes et le ventre, il est conseillé de se tourner vers votre médecin. En effet, la rétention d’eau peut témoigner d’un mauvais dosage, qui se doit d’être réadapté pour votre bien-être.

5 – Opter pour des drainants naturels

Les drainants peuvent vous aider en cas de rétention d’eau légère. S’ils sont naturels (comme certains types de thé par exemple), ils peuvent montrer de bons résultats et être sans danger. En plus des thés, vous retrouverez la vigne rouge et le fragon.

Vous pouvez également vous tourner vers les « aquarétiques » qui sont des associations de plantes et de produits chimiques vendues sans ordonnance en pharmacie. Ce sont des diurétiques légers, disposant de peu de risques sur la santé.

Il reste évidemment les véritables diurétiques, que nous déconseillons cependant (et qui – de toute façon – ne sont délivrés que sur ordonnance). Ils peuvent provoquer des dommages sur les reins. C’est pour cette raison qu’ils ne sont disponibles que pour des patients dont la maladie provoque une grave rétention d’eau pouvant amener jusqu’à l’œdème.

Vous pouvez autrement essayer un complément plus naturel comme le guarana en gélules utilisé comme base dans la plupart des draineurs. Connu pour son action minceur, il aide aussi à mieux éliminer les toxines et les déchets présents dans le corps.

6 – Se protéger de la chaleur

Quand on est exposé trop longtemps à la chaleur (douches trop chaudes, températures estivales, etc…), cela à tendance à dilater les vaisseaux sanguins qui, de ce fait, sont moins perméables. Ainsi, à cause de la chaleur, l’eau circule beaucoup plus facilement jusqu’aux tissus, endroit où elle sera retenue.

En été, pour éviter un trop plein de chaleur, le mieux est de prendre des douches fraîches régulièrement en accentuant le froid sur les extrémités. De même, en surélevant légèrement le matelas pour que vos pieds soient un tantinet plus hauts, favorisera la circulation sanguine et limitera la rétention d’eau.

7 – Éviter les vêtements trop serrés

Dans certains cas, les vêtements trop serrés (surtout ceux présents sur les extrémités du corps) peuvent avoir un impact négatif sur la circulation sanguine, en la gênant. Et comme nous l’avons dit plus haut, une circulation sanguine lente peut entraîner de la rétention d’eau.

En été, évitez donc les chaussettes, les collants trop serrés, les bas ou les pantalons slim. De plus, même conseil que plus haut, essayez de surélever vos jambes la nuit, pour faciliter la circulation et limiter les risques de rétention d’eau.

8 – Attention au lactose et au gluten

Les intolérances au lactose et au gluten peuvent parfois être difficiles à détecter chez certaines personnes et, dans quelques cas, provoquer des ballonnements et de la rétention d’eau.

Pour en avoir le cœur net, le mieux est de retirer de votre alimentation pendant 3 semaines tout ce qui contient du gluten (blé, pâtes, orge, seigle, etc.) et, sur une autre période, tout ce qui contient également du lactose (yaourt, fromage, etc…). Si vous vous rendez compte que vos symptômes de rétention d’eau ont disparu, alors vous avez trouvé ce qui ne vous convenait pas.

Attention cependant à ne pas tomber dans la paranoïa et à tester toutes les intolérances possibles et imaginables. Vous risquez, en plus, de vous créer des carences.

La rétention d’eau et les idées reçues

Il y a de nombreuses idées reçues concernant la rétention d’eau et ses symptômes. Il est important de ne pas croire tous les mythes que l’on raconte pour identifier plus rapidement la cause la plus probable.

1 – Si il y a rétention d’eau, c’est parce que le corps est en manque

C’est faux. Quand le corps est en manque, les infections urinaires sont plus nombreuses et les urines plus foncées. Ce sont les reins qui trinquent. Il est important de boire 1,5 litre d’eau par jour pour que votre corps fonctionne correctement.

À l’inverse, ce n’est pas non plus parce que vous buvez trop que votre corps fait de la rétention. Il n’a pas besoin de beaucoup d’eau pour vous faire gonfler. Parfois, seul un concombre ou un fruit suffit à vous faire gonfler. De ce fait, boire moins ne réglera rien, voire risque même de faire souffrir vos reins.

Notez tout de même que, si malgré tout nos conseils, vous ne trouvez pas l’origine de votre mal, il est conseillé de prendre rendez-vous avec un médecin pour que ce dernier procède à un bilan de santé.

2 – Le sucre favorise la rétention d’eau

C’est également faux. Aucun lien de cause à effet n’a été démontré entre le sucre et la rétention d’eau. Cependant, du point de vue de la santé, il faut effectivement éviter de manger trop sucré pour de nombreuses raisons : prise de poids, majoration des risques de développer du diabète, affaiblissement de la flore intestinale bactérienne et donc des défenses immunitaires, vieillissement prématuré de tous les tissus de l’organisme, et augmentation des risques de développement de certains cancers (utérus, sein, côlon et pancréas).

3 – Les crudités font gonfler, surtout le soir

C’est encore faux. Il faut savoir que la nature de ce que l’on peut manger dépend du fonctionnement du corps de chacun. De ce fait, il ne peut pas y avoir de vérité universelle en ce qui concerne la consommation de crudités. Si votre ventre gonfle la nuit, généralement, ce sont des gaz et non de la rétention.

4 – Il faut beaucoup transpirer pour soigner la rétention d’eau

Transpirer, que ce soit dans un sauna, un hammam ou après une séance de sport ne changera absolument rien à votre problème de rétention d’eau. Bien au contraire. Souvenez-vous en début d’article quand nous disions que la chaleur était même un facteur déclencheur de la rétention d’eau. Cela vaut également pour les saunas et hammams qui vous font transpirer abondamment. Pourtant, étrangement, ces idées ont la dent dure, bien qu’il soit prouvé que la chaleur soit néfaste.

5 – L’alcool provoque de la rétention d’eau

Généralement, une consommation trop importante d’alcool au quotidien est mauvaise (risque d’addiction, prise de poids, dégâts de l’alcool sur le corps, etc.), mais rien ne montre de cause à effet entre l’alcool et la rétention d’eau, sauf dans le cas d’une maladie du foie, mais dans ce là, on parle de très gros buveurs qui ont plus de risques de souffrir de cirrhose que de rétention.

Partager cette publication



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *