Compléments alimentaires pour la forme et le bien-être

Le régime cétogène : Dangereux ou miraculeux?

Connaissez-vous le régime cétogène ? Cette forme de régime qui prend à contre-pied les ennemis du gras commence à faire son chemin. On le dit efficace pour la perte de poids, mais aussi pour améliorer l’endurance chez les sportifs. Mais savez-vous qu’il existe depuis près de 100 ans et a été inventé afin d’aider les épileptiques ?

Revenu à la mode dans les années 80, puis réapparu encore avec le régime Paléo, le régime cétogène, proche cousin du régime low-carb, a été inventé en 1921 par le docteur Russel Wilder, dans le Minnesota. Il voulait reproduire les effets du jeûne dans un régime qui pouvait être maintenu indéfiniment. Le jeûne avait eu des résultats bénéfiques sur les malades atteints d’épilepsie réfractaires aux traitements : priver le cerveau de sucre semblait le protéger des crises. En effet, lorsque le corps manque de glucose, il entre en état de « cétose »et transforme alors les graisses en énergie.

Alors que depuis plusieurs dizaines d’années, l’industrie agro-alimentaire nous présente une pyramide des besoins alimentaires avec des glucides à la base de cette dernière, le régime cétogène vient complètement remettre en cause ce mode d’alimentation.

Quelles sont les avantages et les inconvénients du régime cétogène?

Nous allons vous présenter, dans cet article, les avantages et les éventuels dangers du régime cétogène.

Qu’est-ce que le régime cétogène ?

Le régime cétogène consiste à favoriser très largement les lipides dans son alimentation, laissant la place à quelques protéines et surtout très peu de glucides.

Le carburant du corps vient en premier des glucides, puis des lipides, et enfin des protéines. Cette diète s’inspire du jeûne pour forcer l’organisme à tirer son énergie de nos réserves de graisses.

Dans le cadre d’un régime cétonique, on diminue fortement sa consommation de glucides. L’apport en graisse est augmenté pour éviter la fonte musculaire (si le corps puisait dans les protéines il y aurait un effet de catabolisme avec risques d’atrophie musculaire) et favoriser la cétose. En cétose, le métabolisme utilise des corps cétoniques pour ses besoins en énergie au lieu du glucose.

Les corps cétoniques sont créés à partir des acides gras. C’est une source d’énergie plus stable que le glucose, dérivé des hydrates de carbone.

Vous entrez en cétose au bout de 3 à 7 jours, quand vous consommez moins de 30 grammes de sucre par jour.

Le régime cétogène, un régime alimentaire culturel

Il est intéressant de noter que le régime cétogène n’est ni plus ni moins que la pratique alimentaire quotidienne et ancestrale de certains peuples, perpétuée encore aujourd’hui par les Inuits, les Masaïs ou certaines tribus amérindiennes.

Les avantages du régime cétogène pour la santé

Le régime cétogène a démontré ses effets pour la perte de poids. Mais on parle beaucoup de cette solution alimentaire dans le cadre de certaines maladies chroniques. D’après plusieurs études, il réduirait les risques d’Alzheimer, d’épilepsie, de diabète, de crise cardiaque, d’AVC, etc. Grâce aux cétones, le corps délivrerait de l’énergie aux cellules saines et aux neurones, aidant donc au combat contre des maladies comme le cancer pour les premières, et Alzheimer pour les secondes.

Il semblerait que les cellules saines se nourrissent essentiellement de graisses, tandis que les cellules cancéreuses se nourrissent plus facilement de sucres, dont les sucres complexes (parmi lesquels nous retrouvons le glycogène). En les privant de leur énergie et en boostant celles bien portantes, le régime alimentaire riche en graisses et très pauvre en glucose aiderait le corps à se défendre.

Après une période d’adaptation au changement de régime alimentaire, les fringales disparaissent. Les bilans sanguins s’améliorent et les pratiquants du régime ressentent une réelle amélioration de leur condition physique.

Quels sont les risques et les dangers du régime cétogène?

D’après des dizaines d’études, effectuées sur plus de 900 000 personnes, la graisse en général N’EST PAS mauvaise pour la santé. Oubliez cette légende urbaine. Les graisses qui sont très dangereuses pour la santé sont les acides gras trans que l’on retrouve dans les produits industriels tels que les plats cuisinés, les biscuits, les viennoiseries, etc. Manger des graisses saturées et mono-insaturées n’a pas d’effet sur les risques de maladie cardiovasculaire.

Au contraire, l’étude menée par le cardiologue Ottar Nygård a montré des améliorations importantes pour le cardio-métabolisme : insuline, glycémie, stockage des graisses ectopiques, pression artérielle et lipides sanguins.

Cependant, certaines personnes se voient interdites de pratiquer ce mode alimentaire drastique. Les patients atteints de diabète de type 1, par exemple. Il en va de même pour tous ceux qui sont sujets à des anomalies métaboliques concernant l’oxydation des acides gras. Les personnes souffrant d’insuffisance hépatocellulaires ou de déficits respiratoires ne peuvent pas non plus se priver de glucides.

Dans tous les cas, consultez TOUJOURS votre médecin et/ou un nutritionniste avant d’envisager un régime comme celui-ci qui bouleverserait totalement vos habitudes alimentaires.

Supporter la céto-grippe

C’est la phase la plus difficile du régime cétogène et que la plupart des personnes se lançant sérieusement ce défi rencontrent… On l’appelle “grippe cétogène”, ou “grippe low-carbs” (en anglais low = faible, carbs = glucides), ou encore “céto-grippe”. Quand le ratio gras/sucre impose au corps de tirer son énergie des graisses, en plus quelquefois d’une faim dévorante, des symptômes semblables à ceux d’une grippe peuvent apparaître : fatigue, toux, nez pris, maux de tête, irritabilité, nausées, etc.

Ces symptômes peuvent durer un jour ou deux, rarement plus. Ils sont la réaction naturelle du corps lorsqu’il doit changer d’une mode de production d’énergie à un autre. C’est le résultat de la “détox” du sucre compensée par la transformation des acides gras en corps cétoniques.

Ce qu’il se passe en réalité est que le corps manque d’électrolytes, surtout de sodium. En commençant le régime vous réduisez considérablement la nourriture transformée pour la remplacer par de la nourriture naturelle, causant une forte chute de sodium.

À échéance, se priver d’hydrates de carbone baissera les niveaux d’insuline. Cela réduira le niveau de sodium stocké dans les reins. Votre corps rééquilibrera donc ses besoins. On dit qu’il est céto-adapté. Mais, en attendant, votre niveau de sodium et autres électrolytes reste bas.

Astuces pour mieux vivre la phase de transition vers le cétogène

Dès les premiers jours de votre diète, consommez un bouillon de bœuf ou de poule chaque soir, pendant une semaine à dix jours. Vous pouvez en boire en plus lorsque vous commencez à vous sentir “patraque” pour réchauffer votre organisme et le doper en sodium. Pendant quelques temps, mettez plus de sel dans votre nourriture. Vous pouvez d’ailleurs augmenter vos doses de sel dès le début du régime en prévision de cette période afin de l’éviter ou de la passer au plus vite et profiter enfin de vos nouvelles dispositions corporelles. Mangez plus de nourriture riche en sel, comme par exemple des anchois ou des légumes marinés.

De la malbouffe au régime cétogène

Il serait contre-productif d’essayer de passer d’un régime fortement déséquilibré, avec beaucoup de sucres, de boissons gazeuses, d’aliments riches en glucides et graisses trans à un régime aussi drastique qu’un régime cétogène. Les symptômes de détoxification du corps seraient difficiles à supporter, semblables à une désintoxication. Aussi fou que cela puisse paraître, certaines formes de nourritures dont le sucre notamment peuvent avoir l’effet d’une drogue dure. Pour passer au régime cétogène dans ces cas-ci, commencez par remplacer les boissons sucrées par de l’eau et des fruits et diminuez fortement les aliments riches en glucoses. Après quelques semaines de modération, vous pourrez alors vous lancer dans l’aventure.

Avant de commencer le régime cétogène

Prêt à perdre du poids et à être en meilleure santé ? Comme dit juste avant, si vos habitudes alimentaires étaient très déséquilibrées, commencez par une rééducation alimentaire basique. Remplacez au maximum la nourriture transformée par des aliments sains et stoppez le grignotage sucré.

Avant d’entamer la diète, débarrassez vos placards de toutes ces nourritures si tentantes et si mauvaises pour la santé. Si elles sont devant vous, chaque jour, vous limiterez énormément les chances de succomber. Si vous ne vivez pas seul(e) sous votre toit, négociez un consensus. Tout ce que vous ne pourrez pas obtenir qu’ils soient rayés de la carte du domicile, imposez qu’ils soient rangés dans un placard, un tiroir du réfrigérateur, que vous garderez hors de votre champ de vision tant que faire se peut.

Le grand nettoyage nutritionnel

La liste des aliments qu’il va falloir proscrire est longue, il faut bien l’avouer :

  • Retirez de vos placards toutes les céréales, pâtes, pains, riz, croissants, crêpes, wraps, pommes de terre, maïs, blé, farine et même quinoa.

  • Vous allez devoir arrêter les légumes amidonnés : haricots, pois et lentilles.

  • Il vous faudra fortement limiter les oméga-6, pro-inflammatoires, contenus dans les huiles de tournesol, de pépins de raisin, de maïs et privilégier les acides gras mono-insaturés comme ceux dans l’huile d’olive.

  • Jetez vite les graisses transformées comme la margarine.

  • et, bien sûr, dites adieu à toutes les sucreries : desserts, chocolat au lait, pâtisseries, barres snack, confiseries…

Remplir les placards et le frigo

Après avoir fait le vide, il va falloir remplir ! Quels sont donc les aliments autorisés dans un régime kéto ? Découvrez quels sont les aliments riches en bon gras et qui ne font pas grossir.

  • Viande, poissons et œufs : Évitez soigneusement les steaks burgers et poulets recomposés qui sont une cochonnerie innommable ! toujours frais, jamais transformé. Privilégiez, tant que possible, la viande bio et le poisson sauvage issu de la pêche riche en oméga 3. Mangez autant d’œufs que vous le désirez, de préférence bio et de poules élevées en plein air.

  • Vous pouvez vous en donner à cœur joie avec tous les légumes sans amidon : champignons, brocolis, concombres, asperges, salade, poivrons, choux, tomates, ail, oignons, etc. Si vous aimez l’avocat, vous allez être heureux(se) : il est pauvre en glucoses et riche en bon gras !

  • Produits laitiers : dans tous les cas, il est recommandé de limiter les produits laitiers. Une surconsommation présente des risques pour les cancers hormonaux dépendants. Dans le cadre de la diète, privilégiez le fromage naturel qui contient protéines et gras mais pas de sucre. Choisissez des produits laitiers très gras et avec peu de lactose. En plus du fromage, le mascarpone, les crèmes de fromage, la crème fraîche, le yaourt à la grecque, la crème d’Isigny… Toujours de préférence, optez pour le bio et des produits laitiers provenant d’animaux nourris sainement pour éviter les pesticides, les hormones, les antibiotiques, et plus d’oméga-3. Pensez aussi aux alternatives végétales comme la crème ou le lait de coco.

  • Mais aussi :

    • Beaucoup d’eau

    • Café ou thé non sucrés

    • Évitez les édulcorants artificiels mais vous pouvez utiliser des édulcorants naturels : stévia et erythritol en quantité limitée.

    • Évidemment fini le ketchup, mais des sauces comme la mayonnaise, la moutarde ou le pesto peuvent être conservées.

    • Les bouillons de poule ou de bœuf sont excellents pour rééquilibrer vos doses de sodium et combler un creux.

    • Cornichons et autres légumes saumurés satisferont les besoins de picorer sans dommages.

    • Pareil pour les graines et noix : graines de chia, noix de pécans, amandes, noix, noisette, noix de macadamia…

Lire les étiquettes des produits

En règle générale, évitez, si possible, les produits avec de longues listes d’ingrédients. Les nitrites et conservateurs se camouflent sous les noms barbares à base de “E” quelque chose !

Dans les valeurs nutritionnelles, méfiez-vous de celles indiquées par portion qui correspondent rarement à celles qui sont servies. Regardez toujours les valeurs aux 100 grammes et évitez tous les produits riches en glucides et en sucres.

Alors, le régime cétogène : miraculeux ou dangereux ?

Sans parler de miracle, on ne peut qu’être enthousiasmé par les résultats constatés sur de nombreux points de cette nouvelle habitude alimentaire. Mais il ne faut pas oublier que c’est ce qu’elle est : une toute nouvelle façon de consommer. Même si on peut stopper la diète au sens propre après avoir obtenu les résultats attendus, on ne peut reprendre une alimentation délurée et délirante après cela, sous peine d’avoir l’incompressible effet yo-yo ! S’engager dans un régime cétogène c’est accepter de dire adieu, pour toujours, à l’excès de sucres, de malbouffe et de plats préparés en usine.

Pour une personne s’engageant dans cette voix pour des raisons de santé, c’est encore plus drastique : c’est s’y engager forcément à vie. Et puis, il y a une part de foi sur les avantages du régime pour contrer le cancer et les dérèglements neuronaux. Certes, des milliers de témoignages apportent une pierre à cet édifice, et la diète a prouvé son efficacité face à des médicaments contre l’épilepsie. Mais le corps médical reproche le manque de tests en double aveugle.

On pourrait en conclure qu’il y a bien des bénéfices à suivre ce régime alimentaire, dans le cadre d’un respect des consignes pour éviter les déficiences nutritionnelles. Il est conseillé d’être assisté d’un diététicien, plus particulièrement lorsqu’il s’agit d’enfants. Si vous recherchez la solution miracle pour perdre du poids en vue de l’été qui approche, avant de retourner aux hamburgers à la fin de la saison, passez votre chemin ! S’engager sur la voie d’un régime cétogène ou low-carbs, c’est comprendre qu’il s’agit d’un engagement sur le très long terme. Les contreparties bénéfiques sont nombreuses, mais on ne le fait pas à la légère. Vous pouvez aussi opter pour le régime paléo qui est un dérivé du régime cétogène en version moins drastique.

Partager cette publication



11 thoughts on “Le régime cétogène : Dangereux ou miraculeux?

  1. Bonjour super article !! je vous remercie, je connaissais déjà a peu prêt tout par cœur mais en cherchant de site en site. alors que vous vous avez réunis l’ensemble complet ! 🙂

    Petite question, j’ai déjà essayé le cétogène il y a des moments je grossissais et d’autres je perdais un peu
    et je me demandais si cela ne venait pas de l’alcool le weekend ou en semaine qui aurait tout cassé…
    (vous n’avez pas parlé d’alcool d’ailleurs avec la céto c’est dommage …)

    donc en gros j’aurais voulu éclaircir 3choses qui ne seront qu’en rapport a la perte de poids et non la santé en elle-même :

    1- en poursuivant la diète céto ai-je le droit de boire en week-end (pause plaisir) sachant que je peux boire 2 a 3 bouteille de rosé facilement lol je sais ce n’est pas bien mais bon bref est-ce que cela stoppera la cétose ? autrement dit la perte de gras. cela va t-il retardé ? annulé tous les efforts ? stagné ? ou bien même pire, me faire prendre du poids au lieu d’en perdre ? … qui s’expliquerait je pense par la combinaison
    ( gras+ les glucides de l’alcool= stockage de gras)

    2- vous dites “Vous pouvez vous en donner à cœur joie avec tous les légumes sans amidon :”

    est-ce valable aussi pour les haricots verts (ig 30) ?

    – «  ­Les graisses qui sont très dangereuses pour la santé sont les acides gras trans que l’on retrouve dans les produits industriels tels que les plats cuisinés, les biscuits, les viennoiseries, etc. Manger des graisses saturées et mono-insaturées n’a pas d’effet sur les risques de maladie cardiovasculaire. »
    sur la santé d’accord mais sur la prise ou perte de poids ?

    J’aurais voulu en savoir un peu plus sur les gras saturés(omega6) car si le gras est illimité en diète ceto, ne
    vais-je pas grossir avec les gras saturés ? Par exemple les cuisses de poulet style en grosse barquette a 10euros 3kg ( le gras saturés que contiennent ses cuisses aura t-il une incidence sur la perte de poids?) et de même pour les steck haché 20 % de MG, mayonnaise etc ( car ayant un budget moyen le bio est difficile d’accès)

    ­ « Il vous faudra fortement limiter les oméga-6, pro-inflammatoires, contenus dans les huiles de tournesol, de pépins de raisin, de maïs et privilégier les acides gras mono-insaturés comme ceux dans l’huile d’olive. »

    est-ce que cela concerne les gras saturés seulement dans les huiles?? ou aussi les viandes (comme décrit juste avant avec l’exemple de cuisses et de steak bas de gamme) les oléagineux et poissons ou bien même sauces mayonnaise, crème fraîche etc ??

    3-
    ­ « Évitez les édulcorants artificiels mais vous pouvez utiliser des édulcorants naturels : stévia et erythritol en quantité limitée ». est-ce que l’aspartame peut tromper la cétose ?
    Par exemple avec le coca zéro ? Ce qui donnerait ( gras+ aspartame faux glucide= prise de gras)

    4- il y aurai-il une mise en garde concernant les Kcal du gras ?

    A savoir ne pas dépassé une certaine quantité pour reussir a maigrir ou bien est-ce illimité et sans crainte de grossir tout en perdant du poids ? ou les Kcal sont une connerie a ne pas se préoccuper.

    5- avons nous le droit a un repas de (plaisir de liberté) par semaine ? C’est a dire pizza, frites et j’en passe lol ou bien cela casse tout pour poursuivre la perte de poids ? Ou bien avons nous le droit une fois l’objectif de poids atteint ?

    Pour conclure je me demande si l’essaie de diète cétogène que j’ai faite n’a pas fonctionné voir ma fait prendre un peu de poids car cela viendrait peut-être du fait :

    1- L’abus de gras saturé (omega6) exemple mayonnaise, charcuterie type saucisson etc, poulet et steak bas de gamme bien gras.

    2- L’alcool mélangé aux gras ? L’alcool tout court en lui-même ?

    3- l’aspartame du coca ?

    4- le fromage? En lui-même( a cause de la glycémie) ? La quantité ?
    Ce que je prenais la plus part du temps était buche de chèvre soignon , Caprice des dieu, gruyère pour les œufs le matin avec bacon ou bien aussi la crème fraîche ?

    Et dernière suggestions : Les kcal ? En eux-même ? Venant du gras ? Ou du gras saturés ?

    qui aurait fait que je mangeais trop en quantités et donc dépassait les limites résultat
    je ne puisais pas dans mes réserves mais j’en créais d’autres.

    Voilà pour mes questions et ma petite expérience personnel, je m’excuses d’avance pour le pavé lol mais quand quelques choses me passionne je ne fait pas semblant  🙂

    Je tiens a précisé que mes questions sont essentiellement posées en rapport avec la perte et prise de poids et non la santé etc. Merci a tous  🙂

    • J’ai oublié de demandé si cela pour venir aussi d’un surplus de proteines ? par exemple manger 4 grosses cuisses de poulet de me fait pas peur ni même une dizaine de chipolatas lol voir 3 steak par repas lol

      j’ai entendu dire que l’excès de protéine posait un problème sur la cétose mais bon a confirmer

      • Bonjour JackFrost75,
        je ne suis pas diététicien, nutritionniste ou médecin, mais je me suis posé toutes ces questions avant vous avant de commencer ce régime, donc je vous propose des réponses que j’ai pu trouver dans l’ouvrage très intéressant d’un expert de la méthode : Lyle Mc Donald, “the ketogenic Diet”.

        Vos questions principales sont les suivantes :
        1) Qu’en est-il du gras. Sous quelle forme (saturé/insaturé…), en et quelle quantité ?
        2) Qu’en est-il de l’alcool ? autorisé ?
        3) et les faux sucres ?
        4) le cheatmeal ?

        1) Pour répondre à cela, j’aimerais compléter cet article plutôt que donner une réponse toute faite, et il faut parler plus en détail d’un élément essentiel, les calories.

        Tous les régimes se basent sur un principe très simple : dépenser plus de calories qu’on en consomme en diminuant l’apport de calories, et ce déficit oblige le corps à puiser dans ses réserves.
        Un adulte consomme entre 2000kcal/j et 2500 kcal/j (très grossièrement), et il faut apporter (encore grossièrement) 1500kcal/j ou moins pour qu’il maigrisse. Attention, une diminution trop rapide ou trop importante provoque un crash métabolique : le corps se met en alerte et vous tombez malade.
        Les calories proviennent des 3 macronutriments : lipides, glucides, protéines
        1g de glucide = 4kcal. Comme la diète cétogène supprime les aliments riches, on en consomme environ 20 à 30g/j. Ca fait 120kcal max
        1g de proteine = 4kcal. C’est essentiel pour préserver les muscles, mais il ne faut pas trop en consommer car cela peut empêcher la cétose. On propose environ 1,5 à 2g/kg de corps de consommation journalière. Je fais 70kg, je répartis 120g/j, ça fait 480kcal.
        1g de lipide = 9kcal. Les lipides sont très caloriques et servent à ajuster le nombre de calories dans la journée, et pour être sous la barre des 1500kcal, on n’en consomme pas plus de 100g.
        Votre gros problème est votre surconsommation de calorie, bien trop élevée pour créer un déficit et maigrir. la viande et le fromage, oui, mais je vous propose d’estimer en gros les calories que vous consommez, vous verrez qu’on arrive très vite aux 1500kcal.
        Quant à la nature du gras à consommer, il faut se rappeler que c’est une diète, qui supprime momentanément des nutriments essentiels. Donc pour limiter les carences, le reste des aliments autorisés doit être le meilleur possible à la santé. Les bons gras doivent être privilégiés, mais leur effet sur la diète est la mêmes que les mauvais

        2) L’alcool, c’est non ou le moins possible , pour 3 raisons

        -1g d’alcool = 9 kcal. C’est très calorique
        -l’alcool stoppe la lypolyse, c’est-à-dire qu’il empêche le corps de consommer les graisses du corps, donc en régime, le corps ne peut plus utiliser ses réserves et vous vous affaiblissez par manque d’énergie
        -le plus important : c’est dangereux ! La diète cétogène provoque la fabrication de corps cétoniques qui consomment le gras corporel. Ces corps cétoniques acidifient le corps, d’où l’importance des légumes et l’eau pour compenser et garder un ph correct. Mais l’alcool amplifie l’acidification du corps. Le risque ? Acidose métabolique (je vous laisse voir tous les symptomes..), puis coma, et dans le pire des cas, la mort. 1 bière ça passe encore, mais plus de grosse soirée arrosée le temps de la diète.

        3) le faux sucre
        très bonne question. apparemment (le sujet est complexe), les édulcorants provoquent tout de même un pic d’insuline (donc une diminution de la cétose). Par expérience, un ami à moi qui buvait un litre de coca zero par jour en diète cétogène s’inquiétait de ne pas perdre autant que moi. Il a perdu plus et plus vite de poids quand il a arrêté, pensant que c’est le coca zero qui ralentissait la diète, bingo.

        4) le cheatmeal
        1 seul et unique repas copieux qui enlève tous les interdits ne casse pas la diète cétogène car le corps n’a pas le temps de s’habituer aux glucides. ça permet de relancer le moral et les réserves d’énergie. Par contre, inutile de le faire dès la fin de la première semaine, attendre au moins que le corps s’habitue à la diète (2 à 3 semaines). D’ailleurs certaines diètes cétogènes dérivées proposent un cycle de glucides : 3 j sans glucides, 1 j avec glucides.

        Pour finir, mon dernier conseil : ne faites pas ce régime à l’aveugle. Quitte à le faire sans l’aide d’un professionnel de la santé, surveillez votre corps. Et il y a 2 moyens très simples :
        -la balance ! si vous perdez 0g depuis 3j il y a un problème mais si vous avez perdu 4kg par semaine il y a aussi un problème : au dela de 200g/j de perte, on estime qu’une partie du poids perdu est du muscle, or – de muscle = – d’énergie dépensée = ralentissement de la perte
        -les bandelettes urinaires de cétones (KétoDiastix par ex). Si vous êtes négatif, vous ne produisez pas les cétones, donc le régime ne fonctionne pas (ou pas encore, il faut 2 à 3j pour voir un résultat). Si vous êtes très positif, vous produisez trop de cétones et c’est dangereux (acidose), donc augmentez les calories, quitte à prendre un peu de sucre.

        En espérant vous avoir aidé

        • Bonjour, merci pour vos différents conseils fort intéressants. En effet, le régime cétogène demande un peu de temps pour se mettre en place et afin que le corps se mette en phase de “cétose”, environ 3 jour sans glucides et sans sucres, doivent permettre d’entrer dans cette phase, tout en favorisant la présence de bons lipides au sein de votre alimentation.

    • Mais enfin vous trouvez du “bon gras” dans les produits laitiers (à consommer sans sucre), le beurre, les fromages blancs, ou pâte molle ou cuits etc. ; vous n’avez pas besoin de forcer sur le régime carné et surtout pas les charcuteries, d’autant que les produits que vous évoquez sont fabriqués par les industriels de la bidoche dans des conditions épouvantables d’élevage et d’abattage, alors la qualité nutritionnelle de ce que vous avalez est vraiment très contestable… Bref, adonnez-vous plutôt aux légumes verts crus et cuits, bio et crus de préférence et en quantité et jetez-vous sur les avocats à bras raccourcis ( ils le méritent bien @@@) Autre conseil d’amie : laissez tomber votre fameuse “pause plaisir” : les 3 bouteilles de rosé, la pizza et les frites le weekend, non mais, c’est vraiment du grand n’importe quoi !

  2. Merci pour cet article, c’est intéressant. Personnellement avec ma mère on a préféré suivre une méthode que l’on a trouvé sur un site et qui pour une fois a marché, on a perdu 7 kilos en 1 mois et demi (toujours pas repris lol). Si vous voulez y jeter un coup d’œil je l’ai trouvé sur regimons

  3. bonjour,
    je me demande si ce type de régime est adapté si on a souffert dans l’enfance de “crise d’acétone”.. enfant j’étais assez maigre et je pouvais facilement souffrir d’hypoglycémie. du coup, mon corps “puisait dans les graisses” qu’il trouvait mais à cause de l’hypoglycémie, les corps cétoniques s’accumulaient dans mon sang et provoquait une “crise”. cf ici : http://sante-medecine.journaldesfemmes.com/faq/8482-crise-d-acetone-acetonemie-symptomes-et-traitement

    Désormais adulte, j’ai quelques kilos de trop par rapport à mon poids idéal (mais rien de méchant, environ 4 ou 5), sauf que ni le sport ni une alimentation équilibrée ne me permette de revenir à ce poids idéal. Je serai intéressée par le régime cétogène mais je crains l’acétonémie.
    Qu’en pensez-vous ?

    • Bonjour, je vous conseille de consulter un spécialiste, un diététicien qui saura mieux vous conseiller, notamment en ce qui concerne un régime cétogène, en fonction de vos “spécificités physiologiques” afin de vous aider à perdre vos kilos en trop sans mettre en péril votre santé. Bien cordialement.

  4. Bonjour. À quel moment vous arrivez à dire que Dukan c’est du cétogène ? Cétogène c’est le gras à l’honneur comme première source d’energie alors que Dukan bannit le gras ! On est à l’opposé tout de même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *